MonCapital.be | Objectif et indépendant
Image default
favoris Investissement

Croissance du PIB américain au deuxième trimestre : sommes-nous en récession ?

Qu’est-ce qu’une récession ? Cette question semble facile. La plupart des investisseurs et des analystes répondraient que deux trimestres consécutifs de croissance négative du PIB constituent la définition courante d’une récession. Ce n’est pas tout à fait cela. C’est pourquoi, même si la croissance du PIB américain au deuxième trimestre est aujourd’hui en territoire de contraction (après une impression négative au premier trimestre, à moins 1,4 %), cela ne signifie pas nécessairement que les États-Unis sont en récession technique, explique Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique chez Saxo Bank.

L’administration américaine Biden a préparé le terrain pour une impression négative du PIB américain au deuxième trimestre. Le 24 juillet, Janet Yellen, ministre des finances des États-Unis, a confirmé que la croissance du PIB pourrait être décevante au deuxième trimestre. Elle devrait tenir une conférence de presse (inhabituelle) plus tard dans la journée après la publication du PIB. Dans un geste plutôt inhabituel, la Maison Blanche a publié le 21 juillet un article de blog intitulé « Comment les économistes déterminent-ils si l’économie est en récession ? »

  Posons d’abord la question facile : qu’est-ce qu’une récession ?  

La définition la plus courante dans la plupart des pays est celle de deux trimestres consécutifs de croissance négative du PIB. Au premier trimestre, la croissance du PIB américain s’est contractée de moins 1,4 %. Sur la base des dernières statistiques (telles que les données du marché immobilier avec une chute de 30 % des ventes de logements neufs depuis décembre 2021 et de 8,1 % seulement pour le mois de juin), les risques sont orientés à la hausse que la croissance se contracte également au 2e trimestre. Cela signifierait que les États-Unis sont en récession technique. Cependant, ce n’est pas aussi simple que cela. La définition officielle d’une récession aux États-Unis diffère de celle des autres pays.

  Le National Bureau of Economic Research (NBER), un organisme indépendant fondé en 1920, est l’organisme officiel de mesure des récessions. Il définit une récession comme une « baisse significative de l’activité économique qui s’étend à toute l’économie et qui dure plus de quelques mois ». Plusieurs variables sont prises en considération, telles que : l’emploi (enquête auprès des établissements et des ménages), les dépenses réelles de consommation, les ventes réelles de produits manufacturés et de commerce, la production industrielle et le revenu personnel réel (à l’exclusion des transferts gouvernementaux comme l’assurance chômage). Il est surprenant de constater que le NBER ne fonde pas une grande partie de ses décisions sur le PIB. Il est pris en compte. Mais il joue un rôle peu important dans l’évaluation de la réalité d’une récession.

  Et ce, pour de bonnes raisons. Le PIB n’est publié que trimestriellement. Il fait l’objet de révisions importantes des années après sa première publication. Il peut également être faussé par quelques secteurs. La question des révisions est d’actualité. De nombreux économistes pensent que le PIB américain du premier trimestre sera finalement révisé en territoire positif (ce qui est logique si l’on se base sur les données du revenu intérieur brut – qui peut être considéré comme une estimation du côté des revenus alors que le PIB est une estimation du côté de la production). Il faut s’attendre à ce que la demande finale intérieure privée (qui représente la consommation + l’investissement fixe des entreprises + le résidentiel) soit surtout révisée à la hausse. Il s’agit de notre mesure préférée chez Saxo Bank, car elle est davantage corrélée à la croissance future du PIB. Si cela se produit, le seuil des « deux trimestres négatifs » (qui compte tant pour les acteurs du marché) ne sera certainement pas atteint.

  Maintenant, posons une deuxième question : sommes-nous en récession ?  

Réponse courte : probablement pas à en juger par les principaux indicateurs que le NBER et les économistes examinent.

  Cela ne signifie pas que les États-Unis sortiront de ce cycle sans passer par une récession ou une récessionette (terme inventé par l’économiste américaine Diane Swonk pour définir une saine contraction de la croissance du PIB qui fait baisser l’inflation). Cela dépendra de plusieurs facteurs que nous ne pouvons pas encore pleinement évaluer, comme la vitesse du resserrement de la politique monétaire et son impact sur l’économie globale ou l’effet des mesures de relance chinoises en cours sur l’économie mondiale. Il y a encore beaucoup d’incertitudes et de décalages qui rendent difficile la prévision du rythme de l’économie dans un avenir proche.Toutefois, sur la base des indicateurs auxquels le NBER accorde le plus d’attention (voir la liste ci-dessous), nous pouvons tous convenir que les États-Unis ne sont certainement pas en récession actuellement. Tous ces indicateurs sont soit encore en hausse, soit ont plafonné. Mais il n’y a pas de déclin significatif. Si nous examinons des indicateurs plus en temps réel (les indicateurs du NBER sont principalement rétrospectifs), l’économie semble toujours en bonne forme, bien qu’en décélération. L’état du marché du travail n’est pas compatible avec une économie en récession, surtout. En juin, les États-Unis avaient récupéré 98 % des emplois perdus pendant la pandémie, et tous les emplois du secteur privé perdus au début de l’épidémie ont été récupérés. Le chômage est resté à son plus bas niveau historique en 2022. Les demandes d’allocations chômage sont en légère hausse. Mais cela peut s’expliquer en partie par le bruit saisonnier. Les offres d’emploi sont en légère baisse. Mais elles restent très élevées. Il y a des fissures dans les fondations de la reprise qui se forment, bien sûr. Personne ne peut le nier (voir notre analyse sur les risques du marché immobilier américain, Housing IS the business cycle, 23 juin). Il y a également beaucoup de bruit dans les données en raison de l’effet de la pandémie, ce qui rend la lecture de l’économie plus difficile que d’habitude. Toutefois, ce ne sont pas les signes d’une économie en récession, selon nous. Par conséquent, nous devrions certainement éviter de trop surinterpréter les chiffres d’aujourd’hui. Ils sont volatils et fortement sujets à révision.

Aussi intéressant pour vous ...

Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent

Redactie monCapital.be

 L’inflation à son pic ?

Rédaction

L’impact de l’invasion de l’Ukraine par la Russie sur le pétrole, le gaz et l’or

Rédaction