MonCapital.be | Objectif et indépendant
Image default
favoris Investissement

Elon Musk – Signe des temps ?

D’une certaine manière, on peut comparer Elon Musk à feu Howard Hughes, le rêveur d’Hollywood et pionnier de l’aviation dans les années 1920. Avec Musk, tout tourne autour de Paypal, Tesla, SpaceX et cryptoFX. Mais à la différence de Hughes, solitaire introverti, Musk est une personnalité extrêmement extravertie et très rock & roll. Non seulement il est très flamboyant mais il a aussi une certaine arrogance. Certes, l’arrogance peut parfois être appréciée lorsqu’on en fait preuve correctement et de manière amusante. Ces dernières semaines, cependant, cet aspect de Musk a été moins attrayant, ce qui fait l’objet de la présente contribution.

Les médias sociaux et la saga cryptoFX

La saga autour de Musk & CryptoFX a commencé le 8 février de cette année, lorsque Tesla a annoncé qu’elle avait investi son flux de trésorerie disponible à hauteur de 1,5 milliard de dollars en bitcoins. Et que l’entreprise envisage fortement d’accepter le bitcoin comme mode de paiement à l’avenir lors de la vente d’un modèle Tesla. En soi, cela est déjà curieux du point de vue des actionnaires de Tesla. Jusqu’à récemment, Tesla a longtemps fonctionné avec un flux de trésorerie négatif et a dû lever régulièrement de nouveaux capitaux, principalement par le biais d’obligations d’entreprise convertibles. Le ‘stationnement’ d’un montant significatif de flux de trésorerie libre en bitcoin n’est donc pas acquis. Mais ce n’est pas tout.

Musk commence à s’impliquer de plus en plus sur la plateforme Reddit vers la fin du premier trimestre, chauffant ainsi la foule en ligne de Robinhood. D’abord, avec des tweets concernant des actions spéculatives comme GameStop et ensuite aussi en faveur des cryptoFX. Après quelques tweets mystérieux, le dogecoin s’est réveillé vers la mi-avril de cette année (cf. graphique infra). En soi, cela est également curieux et fait l’objet d’une controverse dont nous reparlerons plus tard. C’est Cependant encore plus bizarre si l’on vérifie la chronologie des récentes interventions de Musk sur les médias sociaux.

Samedi 8 mai

Musk chauffe ses followers via des tweets pour des annonces importantes lors de son apparition dans l’émission de télévision populaire « Saturday Night Live » (SNL). Il qualifie tout à coup le Dogecoin – qu’il avait auparavant loué aux cieux – de « hustle », c’est-à-dire d’instrument d’escroquerie. La monnaie s’effondre de 35% après cette déclaration. Ce qui est cynique, c’est que cela a également été mis en évidence sur youtube ce jour-là. A l’approche de son apparition à la télévision dans SNL, de nombreux ‘investisseurs’ avaient été attirés par des publicités pour acheter du Dogecoin au prix de 2 pour 1. Après quelques heures, les faux comptes d’escroquerie ont été fermés, mais le mal était fait, des dizaines de millions de dollars américains ayant fini dans les mains des fraudeurs.

Dimanche 9 mai  

Musk surprend à nouveau amis et ennemis en annonçant que les futurs voyageurs de l’espace (SpaceX) pourront payer en cryptoFX, bitcoin et Dogecoin.

Mercredi 12 mai  

Tesla annonce qu’elle suspend temporairement les options de paiement en bitcoins en raison d’arguments liés à l’environnement et à la durabilité (remarque : l’extraction de cryptoFX est en effet incroyablement énergivore et laisse une empreinte environnementale importante). Le bitcoin clôture cette journée avec une perte de 17% et le Dogecoin, de plus de 20%.

Vendredi 14 mai

Musk annonce dans un tweet que Tesla étudie les possibilités d’accepter le Dogecoin comme moyen de paiement optionnel à l’avenir. Ainsi, le Dogecoin, d’abord dénoncé comme un outil d’escroquerie pendant le SNL, est maintenant considéré comme un moyen de paiement possible, après SpaceX. Le Dogecoin grimpe de 30%.

Quelques décisions et réserves préliminaires

  1. Ces derniers jours, nous avons été témoins de messages relativement contradictoires de la part d’Elon. Cependant, il n’en est pas à son coup d’essai. En août 2018, on lui a tapé sur les doigts car il avait envoyé un tweet prématuré contenant des informations sensibles sur les actions Tesla (financement futur garanti !, ce qui ex-ante n’a pas été le cas). Dans ce cas, cependant, il n’était pas toujours évident de savoir s’il s’enrichissait, ou s’il enrichissait la société Tesla ou d’autres personnes, car la législation américaine en la matière n’est pas sans ambiguïté.
  • Le fait est que le comportement de Musk sur les médias sociaux provoque une volatilité importante. Et il y a une raison médicale à cela, aussi : lors de son apparition dans SNL, M. Musk a déclaré qu’il était fier d’être la première personnalité connue à révéler publiquement qu’il souffrait du syndrome d’Asperger. Et cela explique sans doute en partie son comportement extrêmement erratique sur les médias sociaux.
  • Le syndrome d’Asperger n’est pas une tragédie médicale et n’a pas du tout besoin d’une étiquette négative. Par ailleurs, nous sommes quotidiennement actifs sur les marchés financiers où des milliards changent de mains et où aujourd’hui – et ce plus que jamais – la communauté twitter suit de près les propos de certaines célébrités – quel que soit leur domaine. L’ego de ces célébrités est ainsi flattée d’une part, mais cela leur donne d’autre part une responsabilité considérable.
  • Après une conférence de presse de la FED, l’ancien président Alan Greenspan – un maître dans l’art de dire beaucoup et rien – s’est vu poser une question pour mémoire. Greenspan a répondu en plaisantant : « J’aimerais répondre à votre question, mais je ne suis pas autorisé à le faire. » 

Dans certains emplois, il est en effet vrai que la parole est d’argent et le silence est d’or. Le monument philosophique Sören Kierkegaard – le roi de l’aphorisme – l’a à l’époque formulé d’une autre manière qui s’applique à aujourd’hui, c’est-à-dire aux médias sociaux et à la course pour être le premier à dire quelque chose sur n’importe quel sujet :

Que quelqu’un fasse passer ce message à Elon Musk et à sa masse d’utilisateurs de médias sociaux.

Un grand merci à Christofer Govaerts, Bank Nagelmackers.

Aussi intéressant pour vous ...

Croissance du PIB américain au deuxième trimestre : sommes-nous en récession ?

Redactie monCapital.be

Les incertitudes autour de l’inflation et des politiques monétaires complexifient le travail de valorisation

Rédaction

Les milléniaux

Rédaction