MonCapital.be | Objectif et indépendant
Image default
favoris Investissement

Cinq scénarios alternatifs pour 2020 auxquels les investisseurs ne se sont peut-être pas préparés

Extrapoler les tendances existantes de croissance faible et de taux bas pourrait prendre les investisseurs mondiaux au dépourvu en 2020. Bien que ce cycle économique semble en bout de course, les ingrédients de base seront réunis l’année prochaine pour une accélération de la croissance mondiale et des performances économiques très différentes de celles de 2019 au niveau régional. Bien entendu, des événements imprévisibles peuvent toujours venir contrecarrer les hypothèses de base.

Malgré la persistance d’une croissance lente et d’un faible rendement pour les investisseurs, nous recensons cinq scénarios alternatifs pour 2020, susceptibles d’avoir un impact sur les marchés

Ces scénarios sont les suivants : un accord commercial global entre les États-Unis et la Chine, des résultats inattendus aux élections américaines, des mesures de relance au sein de l’UE, une catastrophe climatique et un conflit au Moyen-Orient.

Ces événements pourraient se traduire par un regain d’intérêt pour les actions des marchés émergents (trêve de la guerre commerciale) et les actions de l’UE (mesures de relance au sein de l’UE), une sous-pondération des actions américaines (surprise aux élections américaines), une avancée dans les approches des investisseurs en matière de développement durable (catastrophe climatique) et une augmentation des actions liées aux services pétroliers (conflit au Moyen-Orient)

Dans son scénario de référence, UBS Asset Management estime que l’atténuation des risques géopolitiques, la stabilisation de la croissance économique en Chine et l’assouplissement de la politique monétaire entraîneront une nouvelle accélération de la croissance mondiale

Trêve de la guerre commerciale

Un accord commercial global entre les États-Unis et la Chine relancerait le cycle manufacturier mondial et pourrait stimuler les actions, en particulier dans les marchés émergents.

Surprise aux élections américaines

Les résultats de l’élection de novembre 2020 pourraient ouvrir la voie à des changements radicaux dans la politique économique nationale et la réglementation intérieure. Avec le lancement des caucus du parti Démocrate en Iowa début février, le processus électoral américain va monter en régime. Un changement à la présidence des États-Unis en faveur d’un candidat ayant un programme politique radicalement différent pourrait entraîner une sous-pondération des actions américaines en faveur d’opportunités dans d’autres pays du monde.

Mesures de relance au sein de l’UE

Un éventuel changement d’attitude de la plus grande économie d’Europe pourrait, si l’Allemagne acceptait de prendre des mesures de relance budgétaire visant à compenser les avantages décroissants de la politique monétaire, entraîner un changement significatif sur les marchés. Un important programme de relance pourrait contribuer à renforcer les actions européennes de type value, quelque peu tombées dans l’oubli, au détriment de la dette souveraine à plus long terme du continent.

Catastrophe climatique

Les phénomènes météorologiques violents sont de plus en plus fréquents. Les feux de brousse extrêmes en Australie et les inondations généralisées dans le nord de l’Angleterre ont notamment causé des ravages au second semestre 2019. Au cours des 12 prochains mois, une énorme tempête pourrait par exemple frapper une grande région métropolitaine, ou encore l’effondrement d’un glacier pourrait perturber les activités en Europe. Les investisseurs peuvent mieux se préparer pour l’avenir et contribuer à des solutions durables, grâce à des stratégies d’investissement qui échangent avec les entreprises et les aident à réduire leur empreinte carbone.

Aussi intéressant pour vous ...

Le rallye de fin d’année sera-t-il plutôt un rallye de Saint-Nicolas ?

Rédaction

Les marchés ont-ils une longueur d’avance sur l’économie, et est-ce opportun ?

Rédaction

Les marchés fragilisés par la détérioration des prévisions de bénéfices aux États-Unis

Rédaction